Déclaration nutritionnelle obligatoire, à partir du 14.12.16. L'ABC des règles à appliquer

Depuis le 14 décembre 2016, la quasi-totalité des produits alimentaires (1) doivent être emballés avec des étiquettes portant une déclaration nutritionnelle spécifique, comme le prévoit le règlement (UE) 1169/11. Vous trouverez ci-dessous un récapitulatif des règles à appliquer.

Champs d'application. Le tableau doit être apposé sur l'étiquetage des aliments préemballés destinés à la vente au seul consommateur final (ce à quoi les communautés sont équivalentes). Si les produits sont destinés à la vente dite B2B, les informations doivent dans tous les cas être fournies, bien que par le biais de documents qui accompagnent ou précèdent la livraison des marchandises.

La déclaration nutritionnelle en revanche, il n'est pas exigé sur les produits préemballés, ni sur les enseignes de vente des produits en vrac, ni sur les registres et menus des établissements publics.

Valeurs nutritionnelles, sources. Les valeurs à déclarer sont des « valeurs moyennes » qui peuvent être extraites, alternativement, de :

- analyse en laboratoire (sur des aliquotes significatives de différents échantillons) de l'aliment (2),
- calcul "fait à partir de valeurs moyennes (connues ou réelles) relatives aux ingrédients utilisés",
- calcul effectué à partir de données "généralement établies et admises" 3.

Veuillez noter que le calcul réalisée à partir des ingrédients, elle peut être faussée par les modifications des nutriments résultant du processus de fabrication (ex : levain, cuisson, assaisonnement).

L'utilisation de la soi-disant bibliographie, à son tour, cela n'est pas possible en ce qui concerne les aliments composés qui présentent des variations particulières selon la recette utilisée par chaque opérateur (par exemple, pâtes fourrées, produits de boulangerie, margarines, snacks et snacks, glaces).

Il faut encore conserver les enregistrements des analyses et/ou calculs effectués, y compris les fiches techniques des fournisseurs.

Déclaration nutritionnelle. La déclaration nutritionnelle obligatoire doit comporter, dans l'ordre : énergie (kJ, kcal), matières grasses, dont acides gras saturés, glucides, dont sucres, protéines, sel. Cette dernière valeur doit être comprise comme « équivalent sodium », c'est-à-dire qu'elle correspond à la teneur totale en sodium (de toute source) contenue dans le produit, multipliée par 2,5. Les fibres, qui de toute façon contribuent au calcul de l'énergie (à raison de 2 kcal/g), peuvent être insérées dans le tableau avant les protéines (4).

Sur une base "relativement" volontaire - puisqu'il est obligatoire si un "réclamerNutritionnel sur certains des éléments relatifs - les graisses monoinsaturées et polyinsaturées (après les graisses saturées), les polyols (5) et l'amidon (après les sucres) peuvent être ajoutés dans l'ordre.

Ils peuvent également être ajoutés, lorsqu'ils sont présents en quantités significatives (6), dans la liste après le sel, les vitamines et les minéraux. Ces dernières doivent être déclarées à la fois en valeur absolue et en pourcentage des valeurs nutritionnelles de référence (7).

Arrondis et tolérances. La Commission européenne a défini dans des lignes directrices spécifiques les critères d'arrondi et les tolérances sur les valeurs à afficher dans la déclaration nutritionnelle (8), dont l'application varie selon le nutriment et ses quantités.

Lorsque l'une des valeurs est inférieure aux limites définies, qui varient selon les nutriments individuels, (9) il est possible d'indiquer « 0 » ou « 0,5 » (graisses, glucides, sucres, polyols, amidon, fibres, protéines), « 0 » ou « < 0,1 » (saturés , acides gras monoinsaturés et polyinsaturés)," 0 "ou" <0,01 "(sel indétectable ou <0,0125) .10

Les chiffres sont indiqués en unités lorsqu'il est supérieur à 10, avec une seule décimale s'il est inférieur à 10 (mais supérieur à 0,5 pour les graisses, les glucides, les sucres, les polyols, l'amidon, les fibres, les protéines, et supérieur à 0,1 pour les graisses saturées, monoinsaturées et polyinsaturées). Pour le sel, si supérieur à 1, une seule décimale est utilisée, s'il est inférieur à 1, deux décimales.

L'énergie il doit toujours être exprimé avec des nombres entiers et sa valeur n'est pas sujette à des tolérances puisque son calcul doit être fait sur la base des nutriments déclarés, suivant l'arrondi relatif (11).

Vitamines et mineraux, selon les cas, ils doivent parfois être indiqués par trois chiffres significatifs (vitamine A, acide folique, chlore, calcium, phosphore, magnésium, iode et potassium), au moins deux chiffres significatifs pour les autres micronutriments.

Expression pour 100g/ml et par portion. La déclaration nutritionnelle doit toujours se référer à 100 grammes ou millilitres de produit. Sur la base du volontariat, les valeurs relatives à la portion, clairement identifiées en poids ou en volume, peuvent être ajoutées. S'il fait référence à la portion, il est également obligatoire d'indiquer le nombre de portions contenues dans l'emballage (avec une mention du type « contient X portions »).

Dario Dongo

Notes

1 Sans préjudice de ceux énumérés à l'annexe V du règlement (UE) 1169/11

2 Pour optimiser les coûts, une seule analyse peut être réalisée sur le mélange de plusieurs échantillons provenant de différents lots de production (ex : "échantillon constitué d'un pool de 3 lots différents")

3 Ces données doivent être extraites de sources faisant autorité, par ex. les tables de composition des aliments élaborées par le CREA, anciennement INRAN, sur http://nut.entecra.it/646/tabelle_di_composizione_degli_alimenti.html

4 Il est suggéré d'insérer la teneur en fibres dans le tableau, chaque fois qu'elles sont présentes, à la fois pour faciliter la vérification de la congruence de la valeur énergétique et pour informer le consommateur sur une donnée favorable et utile pour composer une alimentation équilibrée.

5 Rappelons que les polyols ont un coefficient de conversion égal à 2,4 kcal/g, et leur valeur doit être soustraite de celle des glucides pour le calcul exact de la valeur énergétique. Dans ce cas également, où des polyols sont présents, il est recommandé de les insérer dans le tableau pour permettre la vérification de la congruence de l'énergie déclarée.

6 Conformément au règl. UE 1169/11, annexe XIII, partie A

7 Idem

8 Directives CE, DG Sanco, décembre 2012

9 Cf. Directives Min. Ps. 16.6.2016 sur les tolérances analytiques applicables en phase de contrôle officiel

10 NB : lorsque le rapport d'essai indique des valeurs inférieures aux limites de détection de la méthode analytique, la valeur est en fait nulle

11 NB : les coefficients de conversion établis pour chaque nutriment à l'annexe XIV du règl. UE 1169/11 doit être appliquée séparément, pour kJ et kcal, pour le calcul de la valeur énergétique. Par conséquent, il est interdit de calculer l'énergie en kJ en convertissant la valeur de la kcal



Translate »