TMC sur le vinaigre en PET ? L'avocat Dario Dongo répond

Eminent avocat,

notre société produit et conditionne des vinaigres de vin. Concernant un vinaigre en bouteilles pet, nous avons réalisé des tests en laboratoire qui garantissent la non migration des substances, du matériau de contact vers les aliments, 36 mois après conditionnement.

Je vous demande donc votre avis sur l'opportunité d'introduire une TMC de même durée sur l'étiquette.

En vous remerciant pour votre aide précieuse,

Cordialement

Gian Paulo


 

L'avocat Dario Dongo, docteur en droit alimentaire européen, répond

Cher Gian Paolo,

il durée minimale de conservation (TMC) est apposé par l'opérateur responsable l'étiquetage dans le but exprès de permettre au consommateur une utilisation appropriée de la denrée alimentaire. (1)

Cette date, à mentionner avec la mention appropriée 'à consommer de préférence par', a la double fonction de garantir la sécurité alimentaire et de maintenir les caractéristiques organoleptiques du produit. En tenant compte de laconditions normales d'utilisation de l'aliment', mais aussi des informations affichées sur l'étiquette. (2)

Les vinaigres - tels que les vins et produits assimilés, le sel de table, les sucres à l'état solide, etc. - ne sont pas soumis à la mention obligatoire de la TMC sur l'étiquette en application de 'Règlement sur l'information sur les denrées alimentaires'. (3) Néanmoins, l'indication de durabilité peut être nécessaire pour garantir la sécurité alimentaire.

Le règlement MOCA (Matériaux et objets en contact avec les aliments) prescrit en effet la sécurité des matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires, y compris les emballages. Dans le respect des exigences d'adéquation technologique et des bonnes pratiques de fabrication (BPF). (5) En particulier, les opérateurs responsables doivent s'assurer que les MOCA, dans des conditions normales ou prévisibles d'utilisation, « ne transférez pas de composants aux produits alimentaires en quantités telles que :

a) constituent un danger pour la santé humaine,

b) entraîner une modification inacceptable de la composition de l'aliment, ou

c) conduire à une détérioration de ses caractéristiques organoleptiques.(4)

 

Analyse de risque elle doit être réalisée sur la base de normes européennes, pour les matériaux soumis à réglementation harmonisée, ou nationales (en l'absence d'harmonisation).

ANIMAUX il fait partie des matières plastiques destinées à entrer en contact avec des denrées alimentaires et fait donc l'objet d'une réglementation européenne spécifique. (6) En particulier en ce qui concerne :

- conformité de composition du produit, la formulation doit être conforme aux listes positives de substances autorisées par le règlement (UE) no. 10/2011,

- conformité analytique, à vérifier par des essais en laboratoire sur le matériau ou l'objet (en l'occurrence, un récipient) sous sa forme finie. Il va de soi que cette conformité doit être vérifiée et garantie tout au long de laDurée de vie' du produit.

Les tests analytiques doit être effectuée dans des conditions représentatives de l'utilisation concrète de l'article, en tenant également compte des caractéristiques physico-chimiques des aliments qu'il contient. Ainsi que, de fait, les durées et les températures maximales de stockage. De plus, les résultats des tests de migration obtenus dans les produits alimentaires prévalent sur les résultats obtenus dans les simulants alimentaires.

 

Dans le cas présent, il est donc nécessaire, aux fins de la sécurité alimentaire, d'introduire une TMC pour communiquer au consommateur le délai dans lequel le produit alimentaire peut être utilisé dans des conditions appropriées. Ce délai peut être défini à 36 mois, lorsque les tests effectués par un laboratoire accrédité certifient l'absence de migration de substances potentiellement dangereuses à cette date.

Inversement, il ne peut être admis l'extension de la durabilité si le processus d'interaction entre l'aliment et l'emballage n'a pas été suivi et contrôlé par des analyses en laboratoire. L'absence d'apposition de la durée de conservation sur l'étiquette ne peut pas non plus être admise, sauf dans la seule (et lointaine, voire impossible) hypothèse où le risque de migration de substances indésirables peut être exclu avec une certitude absolue.

 

Le devoir et une évaluation appropriée des risques ne peut en effet ne pas considérer le produit alimentaire dans son intégralité. C'est-à-dire comme un système constitué de l'aliment entier avec l'emballage qui l'enveloppe ou le contient.

cordialement

Dario

 

Notes

(1) Voir règl. UE 1169/11, articles 9.1.f et 24, annexe X.1.c

(2) Voir règl. CE 178/02, article 14.3

(3) Voir règl. UE 1169/11, annexe X.1.d

(4) Voir règl. CE 1935/2004, 'rconcernant les matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires', article 3.1

(5) Voir règl. CE 2023/06, relative aux bonnes pratiques de fabrication des matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires

(6) Voir règl. UE 10/11, 'concernant les matériaux et objets en matière plastique destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires et mises à jour ultérieures»



Translate »