Les alternatives des tranches au fromage ? L'avocat Dario Dongo répond

Bonjour avocat,

suite à la lecture de votre article récent sur la dénomination des aliments J'étais curieuse de savoir si le nom "préparation gastronomique végétalienne" est correct sur les tranches "alternative au fromage" dont je joins une photo.

Merci beaucoup

Stefania


 

L'avocat Dario Dongo, docteur en droit alimentaire, répond 

Chère Stefania,

Le premier reproche qui saute aux yeux, au recto de l'étiquette, est la mention « alternative au fromage ».

Le CD fromage qui sonne c'est strictement interdit, comme l'a récemment rappelé la Cour de justice des Communautés européennes.

« Des dénominations (…) telles que lactosérum, crème, beurre, fromage et yaourt, mentionnées par la juridiction de renvoi ne peuvent, en principe, être licitement utilisées pour désigner un produit purement végétal. (1)

Il est interdit de nommer le fromage sur les étiquettes et les publicités pour les aliments qui ne sont pas qualifiés comme tels et qui n'en contiennent pas comme ingrédient. (2) En pratique, cela signifie que l'information commerciale d'un aliment à base de plantes ne peut pas faire référence au nom «fromage» même pour se présenter comme son «alternative» ou son «imitation». Une allégation nutritionnelle comparative ne peut pas non plus être utilisée entre des aliments appartenant à des catégories non comparables. (3)

tranches-veg-front tranches-veg-ingr

Le nom de la nourriture - « préparation gastronomique végétalienne » - est elle-même d'une légitimité douteuse. Il s'agit bien d'une dénomination descriptive, étant un produit particulier et donc dépourvu de nom usuel. (4) Et pourtant il ne décrit rien, sous réserve de l'exclusion du règne animal du composition du produit, comme 'vegan'.

Il est donc proposé à nouveau le besoin décrire la nourriture avec un minimum de précision, par exemple en mentionnant ses principaux ingrédients. Mais c'est peut-être précisément ce que le producteur des "tranches végétaliennes" en question veut éviter, puisqu'elles sont principalement composées d'eau et d'amidon modifié. En plus de l'huile de coco, de l'huile d'olive (dite désodorisée), et de divers additifs.
Dario Dongo

Notes

(1) Cour de justice des Communautés européennes, affaire C-422/16, arrêt 14.6.17
(2) Sinon, une violation du règl. UE 1308/13, annexe VII, partie III
(3) Voir règl. CE 1924/06, article 9. Selon l'interprétation partagée avec le ministère de la Santé et la Commission européenne, les allégations comparatives ne peuvent être admises qu'entre des aliments qui partagent, au moins, des matières premières et des possibilités de consommation
(4) Comme, par exemple, le 'tofu'. Maintenant connu du consommateur moyen comme un produit à base de soja et d'eau
---



Translate »